Iván Boszormenyi-Nagy

Nagy.jpeg

L’oeuvre de Boszormenyi-Nagy révèle la dimension ignorée de l’éthique relationnelle au sein des liens familiaux, elle repose sur la réciprocité entre le donner et le recevoir, facteur de confiance. Ce pionnier invente les thérapies familiales transgénérationnelles et découvre la clinique de la  parentification, de la légitimité et des conflits de loyauté. L’apport théorique et la pratique de la partialité multidirectionnelle font de l'approche contextuelle l'un des trois courants des thérapies familiales

Ivan Boszormenyi-Nagy (1920-2007)  a étudié médecine et psychiatrie à Budapest. « J'ai grandi, dit-il, dans une société reposant sur les liens étroits des familles traditionnelles étendues ».
Le futur pionnier de la thérapie familiale est issu d'une lignée de magistrats hongrois, l’œuvre reste fidèle au patrimoine générationnel autour des  questions de justice relationnelle.

Boszormenyi-Nagy débute sa carrière de chercheur par la  biochimie en 1945 à Budapest où il est  le contemporain du mouvement psychanalytique de Sandor Ferenczi.

Travaux de recherches aux Etats Unis

 

Il émigre aux États-Unis en 1950 comme réfugié politique.

A  Chicago, il poursuit des projets afin de « parvenir à comprendre la psychose schizophrénique ». « Etant donné que Freud lui-même n’a pas trouvé de pistes suffisantes sur la psychose, je me suis  tourné vers les avenues de la biochimie. Après trois ans de travail acharné sans résultat significatif, je suis retourné dans la recherche clinique ».

Boszormenyi-Nagy  garde un intérêt constant pour la psychanalyse, il fait référence à Freud tout au long de ses publications. Mais «  ce sont les oeuvres de Martin Buber vers le milieu des années 1950  qui m'ont le plus influencé. Je considère l'œuvre de Buber comme très en avance sur notre temps, il s'est aventuré dans un domaine où il n'existait pas encore de concepts établis. La contribution fondamentale de Martin Buber est une réflexion sur le concept de dialogue  comme modèle de base de toutes les relations humaines intimes. C'est également le fond de ma conception thérapeutique » ( IBN1987) 

 

A  Philadelphie en 1957, il dirige l’unité de recherche sur la schizophrénie à l’Eastern Pennsylvania Psychiatric Institute, le département de psychiatrie familiale deviendra l’un des premiers centres d’initiation aux thérapies familiales.

Il est membre de l’Association Européenne de Thérapie Familiale en raison de son implication dans la formation des premiers thérapeutes européens et d’un engagement à travers  de nombreuses interventions en Belgique, en France et en Suisse durant plusieurs  décennies; Catherine Ducommun-Nagy  (son épouse, elle-même  psychiatre) assurait la traduction orale.

processus_Statue liberte.jpg
ARBRE GENEALOGIQUE 4.jpg
Actualité de son œuvre

 

Boszormenyi-Nagy reste un « inconnu célèbre ». Les uns revendiquent  une filiation à l'approche contextuelle sans pour autant prendre en compte l'ampleur du paradigme, d'autres se reconnaissent tel Monsieur Jourdain et la prose dans les options de Boszormenyi-Nagy .

 

L’approche contextuelle trouve sa fécondité dans le fait qu’elle ne se présente pas comme une alternative bouleversant les grandes options thérapeutiques. Elle provoque un approfondissement de la tension et du nouage entre les différents paradigmes, elle nous apprend qu’aucune théorie ou aucun processus thérapeutique ne peuvent être la clef d’une vie.

CouvTherapieContextuelle.jpeg
Bibliographie
  • Boszormenyi-Nagy Ivan. (1965). Une théorie des relations : expérience et transaction. In Boszormenyi-Nagy Ivan. et Framo James L. (Éds) (1980). Psychothérapies familiales.

  • Boszormenyi-Nagy Ivan. & Spark Geraldine M. (1973). Invisible Loyalties: Reciprocity in Intergenerational Family Therapy. Hagerstown, Md., Medical Dept., Harper & Row.

  • Boszormenyi-Nagy Ivan Et Krasner Barbara (1980). La confiance comme base thérapeutique : la méthode contextuelle, Dialogue. Recherches cliniques et sociologiques sur le couple et la famille, n° 111, 1991.

  • Boszormenyi-Nagy I. Et Krasner Barbara (1991). Glossaire de thérapie contextuelle, Dialogue. Recherches cliniques et sociologiques sur le couple et la famille, n° 111, 1991, pp. 31-44.

L’approche contextuelle

 

L'approche contextuelle met en avant la dimension de l’équilibre des comptes relationnels avec les  proches et entre les vivants et les générations passées. Boszormenyi-Nagy est l’inventeur des notions célèbres de  parentification, conflit et clivage de loyauté, délégation, mérite, légitimité constructive et destructive, exonération, ardoise pivotante.

La balance des dettes et des dons devient l’organisateur majeur de la vie psychique, le socle sur lequel subjectivité et identité prennent corps.

Boszormenyi-Nagy met en œuvre, grâce à la partialité multidirectionnelle une forme spécifique d'entretien familial.

La thérapie contextuelle ne se veut pas une unique référence théorique, elle est à la recherche du dénominateur commun des diverses références ; « Actuellement l'intégration des  éléments biologiques, individuels et systémiques ne peut être que fortuite et empirique sans lien théorique; les trois méthodologies peuvent coexister dans une thérapie mais ne sont pas interchangeables ».

La clé de voûte de la synthèse thérapeutique est la dimension de l'éthique relationnelle ou de la responsabilité des conséquences.

Boszormenyi-Nagy s’est refusé à instituer une école doctrinale fixant  compétences et  qualifications de thérapeutes contextuels patentés. Son approche vise à amener les professionnels du soin, psychiatres, psychologues, thérapeutes, travailleurs sociaux, infirmiers à prendre en considération la dimension de l’équité relationnelle, dans leur clinique quotidienne en complémentarité avec leurs obédiences théoriques spécifiques.

Aperçu biographique

par Catherine Ducommun-Nagy

 

Boszormenyi-Nagy est un psychiatre américain d’origine Hongroise né à Budapest  où il a fait toute sa formation médicale et psychiatrique avant d’arriver aux États-Unis en 1950 comme réfugié politique. ll décède à Glenside dans les environs de Philadelphie où s’est déroulé l’essentiel de sa carrière professionnelle.

Pionnier de la thérapie familiale et fondateur de la thérapie contextuelle, il a touché plusieurs générations de thérapeutes dans le monde entier par ses enseignements et par ses écrits parus dans plusieurs langues.

Il a reçu de nombreuses distinctions professionnelles aux États Unis, en Europe et en Amérique du Sud dont le titre de Docteur Honoris Causa en Médecine de l’université de Berne en Suisse. Il a aussi reçu la médaille d’or de la République de Hongrie en marque de sa contribution à la renommée de son pays d’origine.

Arrivant à Chicago en 1950, il consacre les six premières années de sa vie aux États-Unis à une recherche visant à identifier les marqueurs biologiques de la schizophrénie, ceci sur la base des études en physique et biochimie qu’il avait  entreprises parallèlement à sa formation de psychiatre. En 1957,  il est nommé responsable d’une unité de recherche sur la schizophrénie à Eastern Pennsylvania Psychiatric Institute (E.P.P.I.) à Philadelphie où il travaillera jusqu’en 1980.  Avec son équipe, il s’engage rapidement dans des avancées cliniques qui aboutiront à la découverte  thérapie familiale, et ensuite à la découverte de l’importance de la justice et de la loyauté dans les relations familiales dont il découlera plus tard la thérapie contextuelle.

Son unité rebaptisée unité de psychiatrie familiale jouera un rôle important dans la diffusion de la thérapie familiale aux États unis et en Europe. Il est membre fondateur de l’American Family Therapy Association (devenue American Family Therapy Academy). Il a enseigné dans plusieurs universités de Philadelphie, pendant plus de vingt ans à Hahnemann University où il a fondé un Master en thérapie du couple et de la famille dans la fin des années 70. Il consacre aussi une partie de son temps à des tournées d’enseignement qui l’entraineront dans de nombreux pays. Il quitte ses fonctions académiques en 1999 avec le titre de professeur émérite de psychiatrie de MCP/Hahnemann University.

 Dans les années 70, il fonde aussi un institut privé, l’Institute for Contextual Growth, Inc.  C’est dans ce cadre que pendant les années 80 et 90 beaucoup de thérapeutes seront initiés à la thérapie contextuelle, en particulier lors des séminaires intensifs d’été d’Ambler près de Philadelphie et ceux de Chexbres en Suisse.

Catherine Ducommun-Nagy

NOTE: 

Suite à une série d’entrées problématiques dans Wikipédia, une confusion règne au sujet du nom d’Ivan Boszormenyi-Nagy que certains écrivent maintenant Iván Böszörményi-Nagy. Cette forme est strictement réservée á la langue hongroise et ne représente ni son nom légal ni son nom d’auteur.