Histoire de vie des parents et des générations précédentes

Qu'est-ce qu'un parent peut gagner à ouvrir une porte sur son enfance? De quoi l’enfant peut-il bénéficier en ayant accès à l'histoire de ses parents et ancêtres? 

Les partenaires qui vivent ensemble sont  au pied du mur de l'opacité des comptes de chacun. «Oublions le passé, faisons table rase, appuyons-nous sur le présent» serait une forme de déni de la comptabilité du « grand livre ».

 Boszormenyi-Nagy affirmait «Chaque enfant a droit au chaos dont il est issu», aux différentes narrations de son passé généalogique formulées par les membres des lignées. 

Comment  s’évoquent l'héritage du passé, les dettes de vie, les créances ou les contentieux à l'égard des anciens ou des  géniteurs? L'insertion du sujet dans une généalogie racontée lui offre un bouquet de cibles pour donner et recevoir, des cibles du passé, des cibles vivantes et des ressources pour trier le patrimoine.

Les parents qui ont vécu les affres du don de gamètes attendent-t-ils davantage de leur enfant que les autres parents? L'enfant qui ignore son origine biologique se sent-il plus utile à sa famille et simultanément redevable à des personnes qu'il ne pourra jamais (re)connaitre.

Les attentes investies par les ascendants envers les descendants sont « des héritages », ils sont une source d’exigences. 

Comment être à la hauteur des générations précédentes, comment trier le patrimoine « difficile » pour ne pas le transmettre aux futures générations ?

Les questions se déploient autour  des interrogations suivantes : « comment étaient vos parents avec vous enfant? Vous-même comment êtes-vous parent? Tentez-vous de vous y prendre  autrement avec la nouvelle génération?

 

Y a-t-il un lien entre votre jeunesse et celle de votre enfant?

Est-il possible pour vous de parler des douleurs de votre jeunesse ou bien est-ce trop inconfortable? Jusqu'à quel point vos enfants connaissent-t-ils ces bribes d’histoires que vous venez d’évoquer avec réticence? La question se pose car la façon dont nous sommes parents est en relation étroite avec l’enfant que nous avons été au sein de notre famille d’origine.

Quand vous voyez votre enfant faire tous ses efforts pour réconcilier ses parents, (pour soutenir un parent en difficulté) cela vous rappelle-t-il une situation similaire de votre enfance ?

La façon dont vous êtes maman (ou papa) a-telle une relation étroite avec la manière dont vous avez été enfant, pourriez-vous préciser par des exemples?

Y a-t-il un parallèle à faire entre votre vie et celle de vos enfants?

De quelle façon vous y prenez-vous pour faire mieux que vos parents, pour être des meilleurs parents que les vôtres ?

Quelque chose pèse sur vous en tant que parent,  vous l’évoquez à demi-mots, vous est-il possible de formuler quelques éléments ?

Vous dites que votre enfant est trop petit pour entendre les problèmes qui vous concernent, je pense que la possibilité de protéger les enfants du poids de la vie a des limites.

Vos enfants ignorent-ils de quelle façon vous avez été victime dans votre jeunesse malgré les allusions que vous venez de faire?

Avez-vous été plus blessé, traumatisé que vos propres enfants? vous n'êtes pas obligé de répondre maintenant si cela s’avère pénible, vous pouvez y réfléchir,  en reparler plus tard avec eux. Il ne s'agit pas de blâmer vos parents. Y a-t-il chez vous un chagrin, une injustice à propos desquels  rien n’a été pris en compte?

As-tu une idée de comment cela s'est passé à ton âge pour ton père ou ta mère ? 

Y a-t-il un parallèle entre votre vie et celle de vos parents ? Pouvez-vous formuler un exemple ?

 Pensez-vous que vous pourriez gagner quelque chose à discuter avec votre parent de son passé ?

Depuis qu’on parle de ce sujet j’ai l’impression que quelque chose est très difficile pour vous? Avez-vous déjà entendu cette histoire, ou est-ce  la première fois ?

Avez-vous une idée du fardeau porté par votre parent…… (maltraitant, abuseur, négligeant)

Écouter l'enfance de votre parent vous rend-il plus responsable vis-à-vis de lui? Que pourrait-il arriver si vous connaissiez mieux son passé? 

Y a-t-il un risque à ce que votre enfant en sache davantage sur votre histoire de vie?

Connaissez-vous les circonstances dans lesquelles votre parent a grandi? Peuvent-elles expliquer ses actions, (ses violences, sa souffrance)?

Combien de fois, enfant, avez-vous vu votre parent pleurer, (hurler, dormir toute la journée). Est-il plus difficile pour vous de (pleurer, hurler) devant votre enfant?

Peut-on établir une ressemblance entre la souffrance de vos enfants et votre souffrance d'enfant?

Lorsque quelque chose ne peut être mis au passé, lorsque le sens de la vie de ses parents s'est fracturé devant les accrocs de l’histoire familiale ou  du monde, l'enfant tente de réparer le chaos dont il est issu. Comment soutenir un enfant pour l’aider à « gérer » le montant des redevances qu'il croit devoir donner aux générations passées?

Auriez-vous un exemple où votre engagement, votre combat a rendu difficile votre position de parent?

 

L'enfant devient-il le concessionnaire du combat ou de de la tragédie vécue des parents? Qu'est-ce que recevoir une vie de parents en détresses multiples? Qu'est-ce qu'une dette de vie lorsque la vie du parent a été un enfer ?

Jusqu'à quel point votre enfant se sent-il redevable du combat…. (social, idéologique ou religieux) que vous avez mené?

 Vos enfants sont-ils au courant de l'effort que vous avez fait pour vivre, ( à tel moment de l'histoire de votre pays ou de votre famille )?

Comment  votre enfant se positionne-t-il vis à vis des  souffrances, des injustices subies par ses parents..…ses ancêtres (à cause de l’histoire humaine ou sociale, du destin, de la maltraitance familiale)?

Comment vous êtes vous pris pour traiter les questions du racisme, (ou des injustices sociales..) avec vos enfants?

«Comment chaque enfant traite-il le patrimoine spécifique de la famille de votre conjoint(e) ? Pensez-vous que cela lui pose problème ? Y a-t-il un risque de mettre l'un  d'entre vous  en position de vulnérabilité ?

Comment Votre enfant se positionne-t-il vis-à-vis des difficultés personnelles et  historiques que vous avez vécues?

Pensez-vous qu’il a été difficile, qu'il y a des conséquences pour votre enfant d’être né à un moment… de désordres familiaux, (des cataclysmes de l’histoire)?

Pouvez-vous donner un exemple d'un moment où vos enfants vous ont fait confiance?

Avez-vous eu des difficultés dans votre famille du fait que votre conjoint(e) est d'une autre culture ou d’une religion différente, d'origine étrangère, d'un milieu social différents ?

Serait-il juste de dire que vous avez eu en tant que conjoint à gérer une double difficulté à la fois conjugale et culturelle (ou historique)?

Selon vos propos, serait-il exact de dire que vous avez été plus injustement traité que vos enfants ne le sont aujourd'hui? 

« Comment un parent peut traiter ses enfants mieux que son propre parent 'l'a traité sans devenir déloyal à ce premier parent » (IBN 1981)
Est-il si facile comme vous semblez le dire, de donner plus en tant que parent que ce que l'on a reçu en tant qu'enfant, pouvez-vous donner un exemple?

Pouvez-vous vous appuyer  sur le fait que la vie de vos enfants est beaucoup plus facile que votre vie ne l'était à leur âge?

Quand votre enfant reçoit davantage de faveurs (des cadeaux, des opportunités) que vous avez reçues vous même enfant que ressentez-vous? L'ancien enfant que vous êtes en éprouve-t-il de l’irritation, de la satisfaction, de la tristesse, de l'envie, de la jalousie?

As-tu une idée de ce qui était le plus difficile, de ce qui a pesé le plus dans la vie de ton papa (ou de ta maman )?

Pensez-vous avoir eu une enfance plus difficile que celle de votre maman ou papa ?

Vos enfants ignorent-ils comment vous avez été maltraité enfant? Pensez-vous qu'il y a plus d'avantages à le savoir qu’à le cacher?

Qui est au courant des contributions que vous avez apportées pour protéger votre famille de ce que vous avez vécu?

En tant qu'ancien enfant maltraité, avez-vous l'impression d'avoir plus de droits qu’un parent favorisé dans son enfance? Une telle question vous paraît-elle avoir un intérêt? Vous n'êtes pas obligé d'y répondre mais vous pouvez y réfléchir.

Est-ce que tu penses que ton parent a dû faire plus d'efforts pour vivre que d'autres parents? Pensez-vous, vous ses parents, qu’une telle question, pour un jeune enfant fait sens?

Comment chaque enfant traite-t-il le patrimoine cultuel, (religieux, idéologique) des familles de ses parents?

Y a-t-il une demande parentale pour se consoler du passé ou l'enfant s’offre-t-il de lui même en compensation du passé ?

Avez-vous l’idée que votre enfant se donne mission et pense qu’il doit réparer les conséquences des injustices subies par ses parents, ( ses ancêtres, ses origines)?

Pouvez-vous soutenir votre enfant à « prendre » davantage de la vie  que vous n'avez pris, est-il possible de décrire une situation?

Pensez-vous qu’il est difficile pour votre enfant d’oser recevoir « plus » de la vie que vous, les parents, avaient pu accueillir?

L'insertion dans la généalogie offre un bouquet de cibles pour donner et recevoir, cibles du passé décédées ou  vivantes. 

À qui l'enfant doit-il payer « en retour » pour les efforts et les sacrifices consentis par les générations antérieures pour s’élever dans la hiérarchie sociale ou en hauteur humaine?

Croyez-vous que c'est un fardeau ou un atout pour votre enfant d'avoir un ancêtre célèbre, d’être issu d'une lignée de gens brillants?

Craignez-vous que votre enfant se sente coupable des « fautes » des générations précédentes, tente-t-il de racheter les injustices commises par ses ancêtres?

Le parent qui ne reconnaît aucune dette envers les générations précédentes veut-il originer son enfant sur son seul compte?

Comment un enfant peut-il recevoir des générations précédentes alors que le parent a le souci de l’épargner du pôle de souffrance de celles-ci ?

Comment recevoir de votre conjoint(e), comment donner ou recevoir des enfants lorsque sa propre vie n’a été maintenue que grâce à un sacrifice majeur d’un ou des deux parents ?

En tant que papa ou maman, est-il facile de traiter mieux votre enfant que vous l’avez été vous-même par vos propres parents?

Y a-t-il un risque de vous sentir déloyal, de trahir la manière dont la vie vous a été transmise par vos parents?

Croyez-vous que votre enfant peut facilement accepter les « grâces de la vie » alors que pour vous, ses parents, la vie n’a pas fait de beaucoup de cadeaux?

Avez-vous l'impression de devoir à votre enfant ce que vous avez reproché à vos parents de ne pas avoir fait  pour vous?

Quelle est la nature du fardeau que peut porter un enfant pour ses parents?

Que doit l’enfant à ses grands-parents pour ce que ses parents ne leur ont pas donné ou leur ont pris?

Comment l'enfant de héros peut-il être loyal à un parent qui a  risqué sa vie, sa jeunesse, et perdu des camarades dans un combat juste ou injuste, victorieux ou non ?

Quelle était votre position et quels étaient vos pensées, vos sentiments lorsque vous étiez exposé enfant à la situation de violences entre vos parents, (des exactions d’un de vos parents, deuil, etc)?

Comment pouvez-vous comprendre la bienveillance de votre enfant qui se préoccupe de son parent qui l’a abandonné, (maltraité etc )?

Pensez-vous que votre enfant pourrait se sentir coupable, sa naissance ayant été un tort ou une injustice pour l’un de ses parents?

Pensez-vous que recevoir la vie pour votre enfant est tâche difficile puisque sa naissance a entraîné…… (le décès de sa mère, la séparation des parents)?